Terreur Apache

95228776_o

Terreur Apache est un roman de W. R. Burnett écrit dans les années 1950 et réédité ici, après avoir été adapté au cinéma en 1972 sous le titre Fureur Apache.

Arizona, 1886. Le chef apache Toriano et un groupe de guerriers déterminés quittent la réserve où les blancs les ont relégués et sèment la terreur sur leur passage. Walter Grein et son équipe d’éclaireurs partent sur ses traces pour mettre fin à leurs massacres et rétablir la paix.

Ce livre est l’histoire d’une traque, la traque d’un groupe d’Indiens dissidents par d’autres Indiens alliés à l’armée américaine et leurs 2 supérieurs blancs, dans des conditions quasi-invivables. Car l’Arizona est une région rude, où le froid le plus extrême côtoie la chaleur la plus intense, parfois dans la même journée. Montagnes, cañons, déserts, le pays est hostile de tous les côtés. A la limite, on se demande bien pourquoi tous ces gens veulent absolument vivre là. Enfin, les hommes étant ce qu’ils sont, c’est à qui tuera l’autre le 1er, la paix entre les blancs et les Indiens en dépend.

On est ici dans le pur western, avec des hommes taciturnes et increvables au milieu de paysages grandioses et de situations dangereuses. L’auteur, heureusement, ne s’est pas contenté d’opposer les gentils blancs aux méchants Indiens, comme dans la plupart des films. Il n’hésite pas à nuancer son propos, à entrer succinctement dans le détail de la société apache dont il est question. En gros, il n’a aucun scrupule à montrer qu’il y a des abrutis sanguinaires dans les 2 camps et c’est tant mieux.

Le style est agréable, rien d’extraordinaire, mais adapté au propos. Les descriptions ne manquent pas, mais ne m’ont pas ennuyée. J’ai trouvé que l’auteur retranscrivait bien les conditions de vie et de voyage affrontées par les personnages et j’avais l’impression d’avoir les paysage sous les yeux.

Le contenu ne m’a pas franchement emballée. Déjà j’étais plutôt du côté des Indiens, donc je n’ai pas réussi à m’attacher aux héros de l’histoire. Et ce n’est pas leur personnalité qui me les a rendus plus sympathiques. D’autre part, on suit la traque des uns par les autres et à part traquer et crever de soif, ils ne font pas grand chose. J’ai trouvé parfois le temps très long. Pour finir, j’ai trouvé la résolution de l’intrigue assez décevante. Je suis prête à accepter de m’ennuyer un peu dans le cours de l’histoire si la fin m’épate, mais ici ça n’a pas été le cas.

Malgré tout, je ressors suffisamment intéressée pour tenter d’autres livres sur ce thème. Ceci dit ce n’est pas forcément la lecture idéale si vous avez envie de découvrir le sujet.

A noter que quelques pages à la fin précisent la réalité historique dans laquelle s’ancre l’intrigue du roman.

***

Terreur Apache. De W. R. Burnett. Editions Acte Sud. 214 pages.

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s