La Morte amoureuse

La Morte amoureuse. De Théophile Gauthier. Editions Yaka Books. 92 pages. 1836.

Résumé: Un jeune prêtre tombe éperdument amoureux d’une belle courtisane qui meurt peu après leur rencontre. Dans la Venise de la Renaissance commence alors une passion morbide entre le héros et la morte qui semble ressuscitée… 

J’ai reçu ce livre grâce à la Masse critique Babelio et aux éditions Yaka Books, que je remercie pour cette lecture 🙂 (pour en savoir plus: clic clic sur les logos)

 

J’avais déjà eu l’occasion de lire cette histoire dans un recueil de nouvelles sur le thème des vampires (dans un format tronqué?), mais j’avais suffisamment aimé pour avoir envie de m’y replonger.

Le narrateur nous raconte l’histoire d’amour qu’il a vécu dans le passé avec Clarimonde, une mystérieuse femme dont la nature démoniaque semble suffisamment avérée pour qu’il subsiste un doute: cette aventure a-t-elle réellement eu lieu ou a-t-il rêvé?

Le récit est assez bref et est suivi, dans cette édition, d’un commentaire de texte et d’une description de l’oeuvre de l’auteur (à mon avis c’est un peu trop survolé, mais ça peut donner des pistes de travail à un collégien ou un lycéen qui étudierait ce texte).

L’histoire est assez classique dans sa construction: rencontre entre le héros et la créature, aventure mystérieuse qui en découle, libération de la victime par intercession divine. Là où le récit se différencie des autres du genre, c’est par la qualité de la plume de Gauthier. Les descriptions sont très belles, l’intrigue bien menée et les sentiments exprimés semblent justes. Comme le narrateur, on reste dans le doute: les évènements racontés ont-ils réellement eu lieu ou s’agit-il d’un rêve? La réponse n’est pas donnée et on peut choisir celle qu’on préfère.

On pourra regretter que l’image donnée de l’héroïne de l’histoire soit si négative. Bien que l’auteur nuance un peu son propos, on reste dans la vision catholique misogyne de la femme tentatrice et porteuse de péché.

Malgré ce léger bémol, La Morte amoureuse est une très bonne lecture, à dévorer d’une traite. Une bonne occasion de découvrir le style de l’auteur si les classiques vous font peur.

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.