Dr Jekyll et Mr Hyde – Le Diamant du Rajah

Dr Jekyll et Mr Hyde. De Robert Louis Stevenson. Editions Baudelaire. 113 pages/217. 1886.

Maître Utterson s’inquiète lorsque son ami le docteur Jekyll établit un testament en faveur de Mr Hyde, un personnage inquiétant qui commet des actes violents dans Londres.

Je croyais avoir déjà lu ce livre, mais visiblement ce n’est pas une version intégrale que j’avais eu entre les mains, parce que je ne connaissais que la 2e partie de ce roman, celle où on a le point de vue de Jekyll. La 1e partie est racontée par d’autres personnages, en particulier par Utterson.

Ce découpage permet au lecteur de sentir monter la tension jusqu’à la révélation du secret de Jekyll. En tant que lectrice contemporaine ayant déjà lu/vu un tas de réécritures ou d’adaptations, je connaissais déjà le fin mot de l’histoire, mais j’imagine que ç’aurait été différent si je n’avais jamais entendu parler de cette histoire.

Je n’en ai pas moins apprécié ma lecture pour autant, même si la construction de l’intrigue n’était pas toujours très heureuse. L’auteur abuse du procédé de « l’histoire dans l’histoire » et des personnages s’exprimant par lettres. D’autre part, le texte n’est pas exempt de longueurs, c’est parfois un peu répétitif. Mais la plume est agréable, les évènements s’enchaînent et les inquiétudes des personnages finissent par gagner le lecteur.

Une histoire trop connue pour être réellement palpitante, mais c’est un classique que j’ai apprécié de découvrir dans sa forme originelle.

Mon édition propose une autre longue nouvelle à la suite de celle-ci:

Le Diamant du Rajah. De Robert Louis Stevenson. Editions Baudelaire. 114 pages. 1878.

Le secrétaire particulier de Lady Vandeleur est chargé de convoyer un mystérieux carton à chapeau au nez et à la barbe du détestable mari de celle-ci.

L’originalité de ce texte réside dans sa construction: on suit des personnages différents dans chacune des trois parties qui le composent. Et chacun de ces personnages représente un thème différent, à travers leurs caractères et leurs réactions face à la situation.

Pour être honnête, c’est le seul intérêt que j’ai trouvé à ma lecture. L’intrigue en elle-même ne m’a pas passionnée, les personnages m’ont agacée et j’ai trouvé la conclusion de l’histoire particulièrement niaise.

Intéressant pour découvrir l’oeuvre de Stevenson, mais assez dispensable.

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.