Des BD en pagaille #61

Tizombi tome 1: Toujours affamé. Scénario : Christophe Cazenove. Dessin : William Maury. Couleur : Élodie Jacquemoire. Editions Bamboo. 48 pages. 2017.

Margotik fuit sa famille dysfonctionnelle et va vivre dans un cimetière avec un groupe de zombis.

J’avais entendu parler de cette BD comme d’un bijou d’humour noir et ça m’avait donné envie de la découvrir. Je me suis vite rendu compte que je n’allais pas partager cet enthousiasme…

Le récit se présente sous forme de mini-histoires racontées en une ou deux planches, dont chacune est censée être un gag. Le truc, c’est que ça ne m’a pas fait rire du tout, j’ai à peine souri une ou deux fois, plus parce que certaines idées étaient bonnes que parce que c’était vraiment drôle. C’était plus dégoûtant qu’autre chose, selon moi, et franchement glauque par moments.

Les dessins sont sympas, mais ne me laisseront pas beaucoup de souvenirs. L’ambiance est sombre et les couleurs aussi.

Bref, je n’ai pas vraiment aimé cette BD, je suis déçue. A moins d’aimer vraiment les zombis, je ne vous conseille pas cette lecture.

***

Cath et son Chat tome 1. Scénario : Christophe Cazenove et Hervé Richez. Dessin et couleur: Yrgane Ramon. Editions Bamboo. 48 pages. 2012.

Cath et son papa vivent avec leur chat Sushi, ce qui rend leur vie beaucoup plus… intéressante.

Encore une BD dont j’avais entendu parler en bien et cette fois c’était vraiment ma came 🙂 D’ailleurs tous les gens qui vivent avec un chat se reconnaîtront là-dedans ^^

Il n’y a pas vraiment d’histoire, mais une suite de planches mettant en scène des anecdotes du quotidien. C’est mignon, c’est drôle, c’est coloré. En bref, c’est bon pour le moral!

Les dessins sont assez jolis, tout en tirant un peu vers la caricature. Les couleurs sucrées et vives soulignent l’ambiance.

Très chouette découverte, je lirai les autres tomes avec plaisir et je vous la recommande 🙂

***

Kamarades tome 1: La Fin des Romanov. Scénario de Benoît Abtey et Jean-Baptiste Dusséaux. Dessin de Mayalen Goust. Editions Rue de Sèvres. 62 pages. 2015.

Russie, 1917. Alors que la guerre bat son plein, le souffle de la révolution fait trembler le gouvernement du tsar. Au milieu de l’agitation, Volodia a rencontré Anya, mais aussi un certain Staline.

Je ne connais pas assez précisément l’Histoire de la Russie pour savoir à quel point cette BD s’éloigne des faits réels, mais en tant que fiction historique, elle fait tout à fait son job: distraire en restituant une époque et les faits importants qui l’ont marquée. Les auteurs jouent sur les incertitudes de l’Histoire et les légendes urbaines qui remplissent les blancs pour proposer un récit mêlant réalité et fiction.

Le gros point fort de cette BD, ce sont les dessins et les couleurs. Dans certains cas, le trait est très précis, pour certains visages, par ex; dans d’autres cas, on est dans le flou artistique léger qui joue plus sur les impressions. Il y a peu de couleurs au début, elles sont pâles, avec des éléments rouges qui tranchent sur le reste et qui deviennent plus nombreux et plus présents au fil du récit.

Une bonne lecture, dont j’ai vraiment apprécié les dessins et les couleurs, mais un peu courte pour traiter d’un tel sujet.

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Des BD en pagaille #61

  1. J’ai également apprécié Cath et son Chat et n’ai pas non plus aimé accroché à Tizombi 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.