Et si on décidait d’aller bien

Et si on décidait d’aller bien. D’Erwann Menthéour. Editions Solar. 280 pages. 2015.

Résumé de l’éditeur: Avec Erwann Menthéour, partez à la rencontre de sociologues, philosophes, politiques, médecins, agriculteurs et découvrez comment, à coups de techniques marketing et parfois avec la complicité de la  » Science « , certains lobbies cultivent notre ignorance et notre servitude volontaire.
Et si on décidait d’aller bien en reprenant le contrôle de nos vies et de notre santé, en adoptant des initiatives solidaires, écologiques et alternatives ? Découvrez comment chacun de ces gestes peut transformer le monde concrètement et d’une manière extraordinairement puissante.

Voilà un livre qui était dans ma PAL depuis tellement longtemps que je ne me rappelle plus comment il y est arrivé. C’est bête, il aurait fallu que je le lise plus tôt, parce qu’il arrivait bien trop tard pour moi: les idées et réflexions qui y sont développées, je les ai déjà rencontrées ailleurs.

Le livre est découpé en 4 parties. Les 2 premières font un état des lieux et déconstruisent certaines idées que la société nous font croire justes. La 3e parle de nos comportements face aux problèmes présentés précédemment. Et la 4e propose quelques conseils et pistes de changement à mettre en place, non seulement pour « aller bien », mais aussi pour notre environnement.

Il y a des exemples frappants et qui font réfléchir, mais dans l’ensemble peu de choses étaient inédites pour moi s’agissant des sujets abordés ou des solutions proposées. C’était intéressant, mais j’avais l’impression de ressasser des thèmes déjà rencontrés ailleurs, mais en plus succinct.

L’auteur écrit comme il parle, c’est vivant et expliqué simplement. Le livre semble plus épais qu’il ne l’est en réalité: c’est écrit gros, avec des marges et interlignes très aérées. La mise en page permet de lire vite (un après-midi entrecoupé d’autres activités m’a suffi), d’autant plus qu’il y a des extraits de chapitres pratiquement à chaque page, comme dans les articles de magazine, vous voyez?

Le problème de ce genre de livres, finalement, c’est que ceux qui les lisent sont déjà convaincus et sont déjà suffisamment avancés dans leur réflexion pour ne pas en retirer grand chose. Et ceux à qui ils pourraient réellement apporter quelque chose ne se dirigeront pas vers ce genre de lecture…

Plutôt sympathique à lire malgré les sujets qui font peur, mais pas assez poussé et approfondi pour moi.

Du même auteur, j’avais lu et trouvé plus intéressant: Et si on arrêtait d’empoisonner nos enfants?

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Et si on décidait d’aller bien

  1. Ping : Ce que j’ai lu en avril | Du côté de chez Cyan

  2. Madame_Love dit :

    Intéressant ! Mais j’imagine que j’aurais le même avis que toi.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.