Ils ne me laisseront pas un souvenir impérissable #12

Le Secret de Fergal. D’Agnès Job. Editions Librio et Phosphore. 15 pages.

Un jeune avocat surmené fait un voyage en Irlande pour se ressourcer. Confronté aux légendes locales, il va vivre une nuit étrange aux côtés d’êtres mystérieux.

Ce texte est une nouvelle éditée suite à un concours dont le thème était: « vous partez pour l’Irlande, avec l’envie de découvrir un pays, sa culture et ses habitants. Imaginez une ou des rencontres, une aventure, une histoire ».

Le récit est plutôt sympathique, surtout grâce à l’Irlande et l’atmosphère qui en découle. Il est aussi plutôt frustrant: le format nouvelle est trop bref et oblige l’auteure à être plus que succincte. De même, il y a peu d’enjeux et ils ne sont pas assez développés pour que le lecteur se sente réellement partie prenante dans l’histoire.

D’autre part, je n’ai pas tellement accroché au style. Ce n’est pas « mal écrit », mais la façon de raconter les choses est parfois un peu confuse, certains points semblent être abordés dans le désordre. La ponctuation aléatoire n’aide pas.

Une histoire qui aurait méritée d’être développée et retravaillée…

***

Oncle Vania. D’Anton Tchékov. Editions Babel. 136 pages. (1897)

Le professeur Sérébriakov et son épouse Elena séjournent à la campagne sur le domaine géré par l’Oncle Vania et Sonia, la fille issue du 1er mariage du professeur. La présence du couple va créer des remous et la beauté d’Elena susciter des passions chez les hommes présents.

J’avais déjà lu des pièces de cet auteur, que j’avais beaucoup aimées, mais je dois dire que j’ai eu du mal avec celle-ci… J’avoue que je n’ai pas compris quel était réellement le sujet de la pièce, ce qui fait que le texte m’a paru un peu vain. L’Oncle Vania qui lui donne son titre est finalement assez effacé et aucun autre personnage ne prend vraiment le dessus sur les autres. Il y a quelques réflexions intéressantes sur la condition des femmes et sur les dommages infligés à la nature par l’homme, en dehors de ça, je n’ai pas réussi à m’intéresser réellement à ce qui se passait.

Si quelqu’un parmi vous l’a lu et peut m’expliquer à côté de quoi je suis passée… 😉

***

Le monstre du Docteur Victor Frankenstein. Le Prométhée moderne. De Mary Shelley. Editions Pages ouvertes. 255 pages.  (1818)

Fin du 18e siècle, Pôle nord. Un bateau d’exploration recueille à bord un homme désespéré. Celui-ci va raconter sa vie et comment il a créé un monstre.

J’avais lu ce livre à l’adolescence (probablement dans une version abrégée) et j’en gardais un souvenir plutôt bon. Cette fois-ci, je suis beaucoup plus mitigée. Il faut dire que j’ai trouvé le temps très long, au point que j’ai pensé plusieurs fois abandonner ma lecture.

La plume est très belle, très fluide et accessible, mais l’auteure abuse du récit dans le récit dans le récit, ce qui alourdit le texte et rend la lecture fastidieuse. D’autre part, il ne me semble pas nécessaire de raconter la vie de chaque personnage depuis sa naissance, voire même avant. Ici on semble être plus dans le courant romantique que gothique, avec les larmes et l’exaltation exagérées qui en sont les symptômes.

Les thèmes abordés sont très intéressants, en particulier la réflexion sur les apparences, mais les points les plus détaillés ne sont pas ceux qui le méritaient le plus à mon avis. Certaines choses sont également assez dures à avaler (et pourtant je suis prête à accepter que Frankenstein a créé un être vivant de toutes pièces), notamment la façon dont la créature s’est éduquée. Pour finir, aucun personnage n’est attachant et, même si le plus monstrueux n’est pas forcément celui qui en a l’apparence, je n’étais pas vraiment intéressée par ce qui allait leur arriver.

Une déception, même si j’ai apprécié le style. Je regarderai probablement un des vieux films qui ont été tirés du livre histoire de comparer.

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Ils ne me laisseront pas un souvenir impérissable #12

  1. Systia dit :

    Deux livres qui viennent de moi dans cet article, j’hésite à me sentir vexée ^^.
    (Bon en vrai je suis plutôt ennuyée… Je n’ai toujours pas lu American gods, d’ailleurs, en parlant de ça… *honteuse*)

    Frankenstein m’avait aussi assez ennuyée avec ses personnages qui ne font que geindre. J’ai détesté Victor pour avoir rejeté sa créature, mais celle-ci avait aussi fini par me saouler.

    • ducotedechezcyan dit :

      Tu te sens vexée que je ne sache pas mieux choisir mes lectures? ^^
      On est d’accord pour Frankenstein 😉

      • Systia dit :

        « Le secret de Fergal », je l’avais mis dans l’enveloppe du troc de mon propre chef, donc oui, je suis chiffonnée :/
        Et j’aurais pu espéré que l’Oncle Vania finisse sa vie tranquillement sur tes étagères, où il serait bien entouré. Pauvre vieux, personne ne l’aime…

        • ducotedechezcyan dit :

          Ne sois pas chiffonnée, Le Secret de Fergal était tout à fait dans le genre qui pouvait me plaire 😉 Je pense que c’est surtout le format nouvelle qui lui a nui, parce qu’il y avait de bonnes idées, mais pas assez d’espace pour les exploiter.
          Quand à Oncle Vania, dis-toi qu’il va voyager encore et finira par trouver sa place chez quelqu’un qui l’aimera ^^
          Dans les 2 cas, je ne regrette pas d’avoir eu l’occasion de les découvrir, même si je n’ai pas su les apprécier, alors ne regrette rien non plus 😉

  2. CristySevla dit :

    Je garde un meilleur souvenir que toi de Frankenstein. Je me souviens avoir été très contente de découvrir le roman original, puisque je ne connaissais que les reprises faîtes dans les films ou séries de cette créature. Il me semble juste avoir trouvé certains passages ennuyeux, mais dans sa globalité, j’avais plutôt bien aimé 🙂
    Je ne connais pas les deux autres romans dont tu parles.

    • ducotedechezcyan dit :

      J’en avais aussi un bon souvenir, c’est pour ça que je suppose avoir plutôt lu une version abrégée. Ce n’est d’ailleurs pas tant que l’histoire m’a déplu que la façon de la raconter qui m’a ennuyée.

  3. Madame_Love dit :

    J’avais bien aimé Frankenstein, mais c’est vrai que j’avais trouvé la seconde moitié assez ennuyeuse. Je lis rarement des classiques et du coup celui-là m’a plutôt emballé parce que je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus rébarbatif au niveau de l’écriture. C’est vrai que l’éducation du monstre est peu crédible.

    • ducotedechezcyan dit :

      C’est vrai que c’est plutôt accessible, comme classique. Je préfère d’autres auteurs, mais je comprends que ça puisse être plus facile de commencer par un roman fantastique 😉

  4. Ping : Ce que j’ai lu en juin | Du côté de chez Cyan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s