Des BD en pagaille #45

Empereur Joker 2e partie. Scénario de Jeph Loeb, J.M. DeMatteis, Mark Schultz, Joe Kelly. Dessin de Ed McGuinness, Mike Miller, Doug Mahnke, Kano. Editions Eaglemoss collections/DC Comics. 117 pages. 2000.

Suite aux évènements du 1er tome, nous retrouvons Superman et ses quelques alliés bien décidés à combattre le Joker pour remettre le monde à l’endroit.

Comme dans le tome précédent, ça part dans tous les sens: n’oublions pas qu’on est dans un univers créé par le cerveau halluciné du Joker! Et c’est ce qui fait selon moi tout le sel de cette histoire complètement barrée. La logique n’a plus court, c’est l’absurde et le déjanté qui font loi. On n’échappe pas à quelques longueurs, du fait que les personnages sont englués dans une situation apparemment sans issue, mais ça fonctionne bien et on se laisse facilement happer.

Côté dessins, on est dans le même genre que pour le tome 1: tout ne m’a pas autant plu, mais il y a vraiment des planches magnifiques. C’est plutôt dynamique, parfois on a l’impression que ça manque de décors, mais ça fonctionne bien. Et la mise en couleur correspond bien aux dessins et à l’histoire.

En résumé: une histoire très chouette avec laquelle on ne voit pas le temps passer 🙂

***

Siegfried. Scénario et dessin d’Alex Alice. Editions Dargaud. 72 pages. 2007.

Recueilli par Mime le Nibelung forgeron, Siegfried grandit loin du monde des humains et se pose des questions sur ses origines. Dans l’ombre, Odin tire quelques ficelles, tandis qu’une Walkyrie observe Siegfried.

Voilà une BD que j’avais envie de lire depuis très longtemps: j’aime énormément le travail d’Alex Alice et je suis fascinée par la mythologie nordique. Alors Siegfried, c’est un peu le combo gagnant!

Sur le même thème, j’avais lu il y a plusieurs mois la tétralogie wagnérienne et j’étais impatiente de découvrir une autre version de cette histoire. Et là, on peut dire que mes attentes ont été comblées! L’auteur m’a eue dès la première planche, magnifique. Je tourne la page et re-bam! Sublime! Si l’album avait été un artbook sans histoire, ç’aurait déjà été une pépite: les dessins sont de vraies oeuvres d’art; la mise en couleur est une merveille, notamment dans ses camaïeux de bleus. Mais ce n’est pas un artbook et il y a une histoire, qui nous entraîne avec son héros au coeur de la mythologie nordique dans ce qu’elle a de plus fascinant. Même en connaissant les grandes lignes de l’intrigue, j’ai été totalement prise dans le récit. Je ne peux pas dire que j’ai dévoré cette BD, mais c’est uniquement parce que j’ai passé beaucoup de temps à m’attarder sur les planches 🙂

Une petite merveille, une pépite! Foncez!

***

Flash: En Négatif. Suivi de Sur la Ligne de Départ. Scénario de Francis Manapul et Brian Buccellato. Dessin de Francis Manapul, Scott Hepburn et Chris Sprouse. Editions Eaglemoss collections / DC Comics. 165 pages. 2013-2014.

Suite aux évènements racontés dans De l’Avant, La Révolte des Lascars et Guerre au Gorille, nous retrouvons Barry Allen prêt à reprendre du service dans la police de Central City. En parallèle, son alter ego super-héroïque doit enquêter sur la mort des personnes ayant été touchées par la Force Véloce (dans le tome précédent).

Je ne peux pas dire que je sois une grande fan de Flash. J’ai lu assez peu d’albums lui étant consacrés et, à chaque fois que je finis par me lancer, je ne me sens pas vraiment concernée par ce que je lis. Il y a pourtant des idées intéressantes dans cet opus, notamment celles induites par la rencontre de Flash avec Kid Flash, mais à part courir c’est un super-héros qui ne semble pas faire grand chose et j’ai du mal à trouver ça palpitant.

La place tenue par Iris, personnage que je n’apprécie pas beaucoup (voire que j’exècre littéralement s’agissant de la série télé, au point que j’ai laissé tomber à cause d’elle), ne m’a pas aidée à apprécier ma lecture.

Heureusement, il reste les très chouettes dessins, en particulier ceux de Francis Manapul, pour satisfaire au moins les yeux. C’est beau, c’est coloré, c’est dynamique.

Un comics dont j’ai donc aimé les dessins, mais dont l’intrigue ne m’a pas vraiment intéressée.

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Des BD en pagaille #45

  1. Ping : Ce que j’ai lu en octobre | Du côté de chez Cyan

  2. Ping : Des BD en pagaille #46 | Du côté de chez Cyan

  3. Linley dit :

    Siegfried, à partir de quel âge ?

    J'aime

  4. Ping : Des BD en pagaille #48 | Du côté de chez Cyan

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.