Ils ne me laisseront pas un souvenir impérissable #13

L’Homme qui rit. De Victor Hugo. Editions Nelson. Tome 1: 425 pages. Tome 2: 435 pages. 1869.

Un enfant abandonné sur les côtes anglaises est recueilli par un saltimbanque philosophe.

Sur 860 pages, on aurait pu en supprimer presque 600. C’est bourré de digressions plus longues les unes que les autres sur tout et n’importe quoi. Par ex, un navire est pris dans une tempête, et bien on a droit à un cours sur les vents, tempêtes et vagues; une leçon sur le genre de bateau comparé à d’autres; la liste de tous les récifs de la côte; des considérations sur les naufrages et le droit de prise, sur les bouteilles à la mer, etc. Il est question de la chambre des Lords, aussitôt on a plusieurs chapitres sur l’histoire du Parlement anglais, son cérémonial, ses membres, ses compétences. Et ainsi de suite.

La construction de l’intrigue rend en plus l’histoire hyper prévisible et la fin est bâclée en plus d’être niaise. Restent la plume d’Hugo, souvent sarcastique, et quelques thèmes intéressants, que l’auteur a déguisés sous forme d’un récit historique pour critiquer le système politique et social de son époque.

Je regrette de m’être accrochée jusqu’au bout, je me suis ennuyée à mourir la plupart du temps. Dommage, j’en attendais beaucoup (sûrement trop).

***

Eraste Petrovitch Fandorine tome 3: Léviathan. De Boris Akounine. Editions 10/18, collection Grands Détective. 321 pages. 1998.

Paris, 1878. Toute une maisonnée a été assassinée et une statuette précieuse dérobée. Le commissaire Gauche est sur les dents et, sur la foi d’un indice, embarque sur un paquebot à destination de l’Asie, persuadé que le coupable sera à bord.

Ce roman vient de la boite à livres, le titre m’avait intriguée. Il a traîné dans ma PAL une éternité parce que je me suis aperçue après coup que ce n’était pas un tome 1. Finalement, il n’est pas nécessaire d’avoir lu les tomes précédents pour suivre. C’est une enquête policière qui a la particularité de se situer presque entièrement sur un paquebot à la fin du 19e siècle. ça lorgne clairement du côté d’Agatha Christie, mais sans l’égaler.

Aucun personnage n’est sympathique (ça fleure « bon » le colonialisme condescendant et le racisme qui va avec) et j’ai relativement facilement trouvé le qui, même si je n’avais élucidé le pourquoi qu’en partie. Pour tout dire, plus on avance et plus c’est rocambolesque, sur la fin ça faisait beaucoup. C’était quand même assez distrayant pour passer le temps vu les circonstances et ça se lit très vite (4h de lecture à tout casser, pour moi).

L’aspect de l’histoire que j’ai trouvé le plus intéressant, c’est la réflexion sur les différences culturelles et les préjugés raciaux.

Je ne compte pas lire les autres tomes et je ne recommande pas spécialement, mais si vous êtes curieux-ses, ça peut marcher.

***

150 Recettes de Superaliments. Ouvrage collectif. Editions Marabout. 192 pages. 2015.

J’avais reçu ce livre en lot d’une tombola, ce n’est pas le genre de livres que j’achète de moi-même (moi et la cuisine, ça fait 378 ^^).

L’introduction qui explique ce que sont les superaliments et pourquoi c’en sont était intéressante. C’est assez bref et ensuite ce sont des recettes. ça ne se lit pas vraiment donc, ça se consulte plutôt.

J’ai quand même parcouru l’ensemble des recettes proposées (même si en général, après 2 ingrédients, mon esprit commence à battre la campagne kiss ). Comme souvent avec ce genre d’ouvrages, j’ai 2 reproches essentiels à faire: 1. c’est pour les mangeurs de viande, il y a très peu de recettes végétariennes (ne parlons pas de véganisme). 2. la plupart des recettes nécessitent d’avoir plein d’ingrédients sous la main et, dans ce cas précis, d’ingrédients qu’on ne trouve pas forcément n’importe où (inutile de dire que je ne pourrais pas cuisiner une seule de ces recettes aujourd’hui, même si l’idée saugrenue de me mettre aux fourneaux me prenait ^^).

Attention, si vous avez déjà des livres de ce genre provenant de cette maison d’édition, les recettes proposées ici sont issues d’autres ouvrages.

Bref, pas pour moi, mais si vous aimez cuisiner, ça peut vous intéresser.

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Ils ne me laisseront pas un souvenir impérissable #13

  1. En effet, les livres de cuisines proposent très très peu de plats sans viande ou poisson et, souvent, quand il y en a, ce sont… des desserts.

    Aimé par 1 personne

    • ducotedechezcyan dit :

      Oui, et c’est le cas ici aussi.
      Ce n’est pas que je n’aime pas les desserts, mais je ne crois pas que le but « manger sain » du bouquin serait atteint 😆

      Aimé par 1 personne

      • Ahah, en effet 😆 Mais c’est dingue quand même parce que, proposer de manger sain mais ne mettre que des plats de viande… Tout le monde dit qu’il ne faut pas manger de la viande tous les jours et encore moins à chaque repas, du coup, ça n’a franchement pas de sens, il faudrait au moins 3/4 des recettes en végé voire végan, et 1/4 avec de la viande, admettons. Enfin, ce n’est que mon avis 😉

        J'aime

        • ducotedechezcyan dit :

          Oui, ça manque un peu de logique. Mais bon, j’imagine que la grande majorité des gens mangent de la viande et que c’est à eux qu’on veut vendre ce genre de bouquins…

          Aimé par 1 personne

          • Je pense aussi… Pour quiconque veut manger peu ou pas de viande, il faut se tourner vers les livres végé et végans (comme ça, les gens qui mangent juste un peu de viande de temps en temps doivent acheter deux bouquins différents…).

            J'aime

  2. Madame_Love dit :

    Ça m’étonne de toi que tu t’accroche autant à un livre qui t’ennuie.
    Les lectures prochaines seront sans doute meilleures 🙂

    C’est pas donné de trouver des bons livres de cuisine (en même temps, quand on surfe sur la mode sans recette originale (qui ne sont pas dans d’autres livres) et gourmande…).

    Aimé par 1 personne

    • ducotedechezcyan dit :

      Je me suis accrochée parce que je pensais que la fin rattraperait le reste. Je me trompais ^^ (et parce que les livres étaient jolis, ça me donnait envie de les ouvrir, c’est bête, hein? 😆 )
      Je ne suis pas fan des livres de cuisine, même quand ce sont de bonnes recettes: souvent il faut un tas d’ingrédients et un gros temps de préparation et je ne prends pas plus de plaisir à manger qu’un plat simple et rapide à cuisiner…

      Aimé par 1 personne

  3. Ping : Quatrevingt-treize | Du côté de chez Cyan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.